Pourquoi Remplacer WhatsApp par Signal ?

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:

Il y a quelques mois, la très célèbre application de messagerie WhatsApp a vu des millions d’utilisateurs la fuir, au profit de Signal, suite à l’annonce de ses nouvelles conditions générales d’utilisation. Si vous souhaitiez échapper au capitalisme de surveillance, exercé par Meta (Facebook), c’est désormais fini. En effet, WhatsApp appartient à Facebook et Mark Zuckerberg entend bien rentabiliser tous les services de son empire numérique. Alors pourquoi l’application WhatsApp est-elle devenue si mauvaise pour la vie privée ? Quels avantages présentent Signal ? Et que dire de Telegram, dans tout ça ?

Comparaison entre les fonctionnalités de WhatsApp et de Signal

Avec Signal comme avec WhatsApp, vous pouvez :

  • envoyer des messages écrits, assortis de gif ou émoticônes, par Internet. Les messages sont chiffrés.
  • Envoyer des messages vocaux par Internet.
  • Envoyer des messages éphémères, qui ne seront lisibles que dans un temps imparti (de 5 min à 4 semaines).

Les avantages techniques de Signal

Créer des notes à votre propre intention. Cela vous évite de passer par une application de listes de tâches/notes. Vous pouvez punaiser ces notes, pour qu’elles demeurent au-dessus de vos conversations. Comme Signal est crypté, vos notes restent confidentielles en sécurité. Par ailleurs, elles sont automatiquement synchronisées, si vous utilisez Signal sur d’autres appareils.

Utiliser Signal sur votre PC, sans activer les données mobiles de votre smartphone. Contrairement à WhatsApp, vous pouvez utiliser Signal sur votre tablette/PC, sans avoir à activer vos données mobiles sur smartphone. Pratique pour chatter, via Signal, pendant que vous travaillez, sans toucher au smartphone.

L’application WhatsApp, elle, ne peut pas être utilisée sans votre smartphone. WhatsApp ne s’utilise que sur un seul appareil, un smartphone. Même si vous installez WhatsApp Web sur votre ordinateur, vous êtes obligé.e  d’activer vos données mobiles sur votre smartphone pour que les deux versions communiquent. Si votre téléphone n’a plus de batterie, votre connexion WhatsApp Web s’arrête. Pratique, hein ?

Vous ne pouvez pas transférer votre sauvegarde WhatsApp d’un vieux smartphone à un nouveau, contrairement à Signal ou Telegram. 

Des photos de meilleure qualité. Signal permet, d’après certains magazines spécialisés, d’envoyer des photos de meilleure qualité, même compressées, que WhatsApp.

Bien-être numérique ou choisir quand on veut consulter ses messages. En effet, même si certains s’en plaignent, avec Signal, vous n’êtes pas assailli par une flopée de notifications dès que vous allumez votre téléphone (sûrement un bug persistant). Même si vous avez paramétré l’option « Afficher les notifications ». Ce qui relève du bien-être numérique pour les uns est une anomalie pour les autres.

Je pose ici la question : vaut-il mieux se faire contrôler par son téléphone ou le contrôler, à l’époque des GAFAM tout-puissants ?

L'absence fréquente de notifications sur Signal : bien-être numérique ?
Et si on vivait sans notifications sur son smartphone. #bien-être-numérique

Les avantages de Signal pour la vie privée

  • Signal ne collecte aucune donnée sur vous, les gens avec qui vous communiquez, à quelle heure ni où.
  • Signal, grâce à ses messages éphémères, vous permet d’éviter de stocker inutilement et pour toujours des messages purement informatifs (« j’arrive à 15h »). Cela vous donne aussi le droit à l’oubli et à l’erreur, si par exemple vous vous disputez avec quelqu’un par message interposé.

Note pour les plus addicts aux messageries instantanées : il paraît qu’il vaut mieux retourner 7 fois son cerveau dans sa tête ou sa langue dans sa bouche avant d’interpréter un message (de travers, évidemment). Je n’en peux plus de ces gens qui préfèrent les messages aux discussions de vive voix, qui évitent, pourtant, souvent, bien des malentendus. Essayez pour voir 🙂

Téléchargez Signal dès maintenant :

https://signal.org/fr/download/

Seul avantage de WhatsApp : tout le monde l’utilise

C’est bien le seul avantage de cette application, sur les autres. Tout le monde l’utilise et malgré les meilleurs arguments du monde, beaucoup rechigneront à désinstaller cette application au profit d’une autre.

Un inconvénient de WhatsApp…, mais aussi de Signal, Slack

Si vous souhaitez supprimer l’application, vous devez entraîner tout votre réseau avec vous. En effet, WhatsApp, comme Signal ou Slack, ne permettent aucune passerelle, aucun interfaçage possible avec d’autres applications de messagerie.

Pour que des utilisateurs puissent communiquer entre eux, en utilisant des messageries différentes, il faut passer par des applications telles que Element (matrix) ou Conversations (Jabber/XMPP), qui fonctionnent via un serveur décentralisé.

Niveau de confidentialité des applications de messagerie, des plus courantes aux plus confidentielles
Niveau de confidentialité des applications de messagerie, des plus courantes aux plus confidentielles

Quel est le danger de WhatsApp ?

Une grande partie des milliards d’utilisateurs de WhatsApp ne sont pas à l’aise avec l’installation/désinstallation d’applications sur leur téléphone (Papi Jean ou votre tante Germaine). Il y a donc peu de chances qu’ils osent désinstaller WhatsApp au profit de Signal, par exemple. Par la suite, il faut prévenir tous ses contacts.

Papi Jean ou la tante Germaine sont inquiets de ne plus pouvoir joindre/être joignable par leurs enfants, installés en Corse, pour des réunions vidéo avec leurs petits-enfants, même si on leur dit que leurs enfants vont aussi utiliser Signal.

Si vous êtes plus à l’aise avec les outils numériques que Papi Jean, il est très improbable que vous réussissiez à entraîner tout votre réseau d’amis sur une autre application.

Peut-on utiliser WhatsApp sans Meta (Facebook) ?

Non ! Désormais, c’est non ! WhatsApp vous rend captif de Meta (Facebook) : vous ne pouvez utiliser l’application que selon les règles édictées par Facebook.

Vous refusiez de vous inscrire sur Facebook, vous y êtes, désormais ! Pour le plus grand bonheur des entreprises !

Vous étiez sur Facebook ? La connexion de votre compte WhatsApp à votre compte Facebook apporte une bonne dose de données supplémentaires sur vous (votre numéro de téléphone, qui vous appelez, à quelle heure) au service de renseignements privés de Mark Zuckerberg.

WhatsApp…doit être rentable pour Facebook, à vos dépens. En effet, 50 millions d’entreprises sont inscrites sur WhatsApp.

Afin que l’application rapporte de l’argent à Meta (Facebook), elle a besoin de vendre quelque chose aux entreprises. D’où l’aspiration des données collectées par WhatsApp, sur Facebook. C’est pourquoi, malgré que l’application se vante de ne « pas conserver votre historique de conversation », elle collecte toutes les autres données.

WhatsApp 1 – Confidentialité 0

Données collectées par WhatsApp :

  • les numéros que vous contactez, à quelle fréquence, à quels horaires, par message écrit ou vocal.
  • Noms.
  • Photo de profil.
  • Identifiants et informations contenues dans la description des contacts (Michelle numéro de portable : 06 123 345 677 ; fixe : 01 23 45 67 89),
  • Numéro de téléphone.
  • Localisation.
  • Temps d’appel.
  • Nombre de messages.
  • Heures d’utilisation du service.
  • Temps d’utilisation du service.

Ces informations sont ensuite revendues à prix d’or aux entreprises qui pourront vous adresser de la publicité ciblée (qu’elles paient aussi très cher).

Des sociétés tierces peuvent désormais vous contacter, via WhatsApp (compagnies aériennes, banques, opérateurs de téléphonie…). Il est pas beau ce monde numérique plein de publicités ?

Mauvaise gestion des groupes WhatsApp

  • N’importe qui peut vous ajouter à un groupe et partager votre numéro de téléphone, sans votre consentement.
  • N’importe qui peut ajouter votre numéro de téléphone à un groupe, sans que vous ne le sachiez jamais. Si vous changez votre numéro de téléphone, dans WhatsApp, les membres de tous ces groupes inconnus seront informés de votre nouveau numéro.
  • Vous ne disposez pas d’un aperçu global de vos groupes. Ainsi, vous ne pouvez pas savoir dans quels groupes vous vous trouvez, en dehors de ceux que vous avez choisi…
  • À présent, tous les groupes dans lesquels vous vous trouvez sont ouverts à tous. Il faut re-modifier les paramètres de confidentialité pour que le groupe soit de nouveau privé. Pfiouuuu …. !

Modifications intempestives des paramètres de confidentialité

Tout comme Facebook le fait depuis longtemps, WhatsApp modifie ses paramètres de confidentialité, sans l’annoncer clairement et ouvertement.

WhatsApp appartient à un type plutôt inquiétant

WhatsApp appartient à Meta (Facebook). Facebook est « l’œuvre » de Mark Zuckerberg.

Le créateur de Facebook est fasciné par l’empire romain, par la psychologie humaine et il aime étudier le comportement des individus. Bouh !

Il a bâti son empire, avec Facebook. Il règne depuis plus de 10 ans, avec l’approbation de 2 milliards d’utilisateurs, dont je fais encore partie. À la manière d’un César, il édicte ses lois (conditions générales d’utilisation, politique de confidentialité, imbuvables et floues à souhait), jamais contredites par quiconque, car qui les consulte ? Ni vous, ni moi.

On ne peut faire sur WhatsApp ou Facebook que ce que le programme nous autorise à faire (« Code is Law« ). Je me souviens, personnellement, avoir essayer en vain de fusionner deux pages Facebook, que j’avais créées. J’ai modifié le nom, j’ai bidouillé les paramètres, j’ai tout tenté. Je leur ai écrit. La plateforme m’a toujours opposé des arguments débiles pour justifier le refus de fusionner ces pages.

Zuckerberg prône la transparence totale de l’identité. Il considère qu’en ligne, il faut être soi et seulement soi. L’empereur Zuckerberg n’aime pas que vous ayez différents profils, ni des pseudos. Non, il n’aime pas ça, car cela complique la collecte des données que ses équipes organisent sur vous.

Le développeur de génie prône la transparence, mais il a racheté tous les terrains qui bordent ses propriétés, afin que rien ni personne ne puisse l’épier. Un peu extrême, non ?

Les échanges et autres débats doivent être plein d’effusions, outranciers ou extravagants, sous peine d’être invisibilisés, ignorés par l’algorithme. Les propos plus complexes, nuancés et prudents sont généralement méprisés, car ils ne retiennent pas les utilisateurs assez longtemps sur la plateforme.

Pourquoi continuons-nous à enrichir Zuckerberg, sur Facebook/Instagram ou sur WhatsApp (donc sur Facebook) alors qu’il nous fait froid dans le dos ?

WhatsApp

Zuckerberg est dépassé par son aspirateur de données

Cool, à l’origine, la célèbre plateforme a vite généré plus de mal-être qu’elle ne créait de lien entre les gens. Elle a normalisé le voyeurisme, le fait d’espionner la vie des autres. Épier ses contacts (« amis ») est devenu acceptable, puisque tout est étalé dans le fil d’actualité. Zuckerberg a fait du voyeurisme une vertu.

Facebook/Instagram ont poussé les gens et les encouragent encore à montrer une image idéalisée de soi aux autres. Elles incitent à la comparaison sociale. L’empire Facebook-WhatsApp-Instagram a clairement identifié que de très jeunes filles se sentaient mal, se dévalorisaient, en raison des contenus qu’elles consultaient sur Instagram, mais il n’a rien fait pour résoudre le problème. 

Passé 2016, Trump et son équipe ont su tirer parti de la puissance de Facebook (croiser sa base de données de sympathisants avec celle de Facebook, identifier quels états cibler, envoyer des notifications à certains internautes pour leur signaler un meeting de Trump à quelques kilomètres de chez eux, dissuader, interpeller…) pour influencer des internautes précis. Ces internautes avaient déjà des opinions assez polarisées, en raison des contenus que leur renvoyait leur newsfeed Facebook. De nouveau, les ingénieurs de la plateforme ont constaté que leurs algorithmes provoquaient une polarisation des opinions, mais ils n’ont rien fait pour remédier à la situation.

Alternative à WhatsApp : Signal ou Telegram ?

Disons les choses franchement : Telegram n’est jamais qu’un autre WhatsApp.

Tout comme Mark Zuckerberg, les frères russes Pavel et Nicolaï Dourov possèdent un empire. Ces milliardaires, sont à l’origine de VKonctacte, l’équivalent russe de Facebook et de Telegram, conçu en 2013.

Les deux frères cultivent le secret autour de leur empire. Par exemple, le nombre d’employés travaillant sur l’application Telegram, n’a jamais été clairement établi. On sait que l’équipe de développement de Telegram est principalement masculine, Pavel Dourov ne tenant pas les programmeuses en haute estime.

Pavel Dourov, créateur de Telegra
Pavel Dourov, créateur de Telegram

Le fondateur, Pavel Dourov a créé de multiples sociétés écran, autour de Telegram afin d’entraver les tentatives de contrôle et de régulation de l’État. Pavel Dourov semble avide de reconnaissance et d’influence et il a de quoi se vanter.

L’application fonctionne comme un « véritable Darknet de poche » (Der Spiegel, traduit par le Courrier international N°1610). Plébiscitée par les mouvements pro-démocratiques qui ont besoin de communiquer entre eux (en Chine, en Iran ou en Biélorussie), Telegram est aussi devenu, grâce à son chiffrement sophistiqué l’application préférée de Daech.

Sur cette application de messagerie, on peut également rejoindre toutes sortes de canaux pour apprendre à préparer des explosifs, acheter ou fabriquer des armes ou de faux billets. En effet, malgré l’insistance des autorités, Pavel Dourov n’a jamais communiqué les données de ses utilisateurs à ces dernières.

L’équivalent russe de Zuckerberg prône la liberté absolue et totale de communiquer, d’échanger via son application et refuse toute tentative de contrôle ou de régulation par les autorités. À l’heure actuelle, l’Europe ne peut pas non plus réglementer Telegram…

Et vous, c'est quand que vous bazardez WhatsApp ? Ecologie et Numérique
Abonnez-vous 🙂 !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir les nouveaux articles par e-mail.

Scribby

Créatrice et auteur sur différents blogs, depuis plus de 10 ans, je suis aussi une rédactrice Web passionnée par la transition écologique. J'explore ici faits de société et solutions, en terme de sobriété numérique, transition écologique intérieure et pour son chez soi !