Sobriété numérique : minimiser son impact environnemental

Vous souhaiteriez minimiser votre impact environnemental en faisant preuve de sobriété numérique ?  Vous ne savez pas comment réduire vos usages numériques entre Netflix, Youtube, vos e-mails, et le smartphone ? Comment diminuer son impact sur l’environnement lorsqu’on a un ou deux ordinateurs, téléphone portable et tablette ? L’écologie numérique ne relève pas seulement de la quantité de vidéos ou d’e-mails affichés tous les mois, mais également des plateformes que l’on utilise ! Alors comment stocker moins de données sur les data centers, tout en utilisant des services en ligne plus respectueux de notre vie privée, et moins gourmands en énergie ? Entre réduction de notre empreinte écologique sur la toile et alternatives aux GAFAM, voici quelques éléments de réponse !

sobriété numérique

https://fr.freepik.com/

Appliquer le principe de sobriété numérique au quotidien

Qu’est-ce que la sobriété numérique ?

Ce terme désigne les pratiques numériques responsables que nous pouvons adopter pour commencer notre transition numérique, en particulier dans les pays riches, où nous possédons beaucoup de périphériques numérique (tablettes, smartphones, ordinateurs). L’objectif de cette transition est de diminuer notre consommation d’électricité liée à l’usage d’Internet, et le renouvellement de nos équipements numériques. En effet, entre le streaming (explosion du visionnage de vidéos en ligne, la visioconférence), la multiplication du stockage de données à distance, et la consommation intensive de smartphones et ordinateurs, le bilan carbone est très lourd.

Comment entrer en transition numérique chez soi ?

Stocker ses données localement, c’est-à-dire sauvegarder ses fichiers sur des disques durs, à la maison. Moins utiliser le cloud pour partager ou ranger ses photos, vidéos et documents personnels, etc.

Ainsi, on diminue notre empreinte numérique, et en cas de panne, nous ne sommes pas impactés par un problème d’accès à nos données, ou par leur disparition ! Par ailleurs, envoyer des données personnelles sur une plateforme de stockage en ligne équivaut à les confier à un tiers. Nous avons peu de garanties concernant l’exploitation de nos données par ces inconnus. Enfin, leurs serveurs ont une consommation énergétique élevée du fait des milliers d’informations qu’ils contiennent.

E-mails et sobriété numérique

  • Supprimer régulièrement ses courriels inutiles. Je suis passée en 2018 de 4 000 e-mails à 200. Si chacun s’y met, on allège déjà un peu les centres de données.
  • Archiver, sur son ordinateur, les e-mails que l’on souhaite conserver (impôts, factures d’électricité, etc.). Ces archives permettent un accès rapide à des informations importantes pour soi.
  • Se désabonner des newsletters qu’on ne lit jamais. Publicité non sollicitée = pollution numérique. Toutes ces sollicitations permanentes sont chronophages et inutiles.
  • Consulter ses courriels via le client de messagerie Thunderbird, plutôt qu’en se rendant sur gmail.com et compagnie. Thunderbird permet de consulter ses courriels beaucoup plus vite que via un webmail (interface web comme gmail, lilo, hotmail, etc.). En outre, il sollicite moins de serveurs.

Box Internet

Éteindre sa box quand on ne s’en sert pas. Il y a un interrupteur, généralement à l’arrière, prévu à cet effet.

Si vous utilisez votre ordinateur principalement sur votre bureau, préférer l’utilisation du câble Ethernet au wifi. La performance est meilleure et  vous consommerez moins d’électricité.

Sobriété numérique : les youtubeurs sont-ils de grands pollueurs ?

là où auparavant, on ne stockait qu’une simple photo ou du texte, on a, à présent, affaire à une armée de youtubeurs qui postent plein de vidéos sur Internet. Il est dur, de s’en défaire puisque nous sommes passé.e.s d’une civilisation écrite à une civilisation…orale. Le numérique croît plus vite que le transport aérien, son impact est pire que le trafic aérien !“. Philippe Bihouix

Les vidéos pèsent particulièrement lourd, sur les serveurs dans les datacenters.

Message à adresser à vos youtubeurs préférés :

  • éliminer les vidéos obsolètes et peu consultées qu’ils produisent.
  • Éviter les vidéos qui durent 1 h où ils multiplient les “Euh”, les parenthèses et les détours. C’est ennuyeux et ça pèse très lourd dans les serveurs.
  • Consulter le guide de The Shift Project pour créer des vidéos plus légères.

Accrocs à Youtube et Netflix

Vous êtes fous de Youtube, de Netflix ?

Vous pouvez désactiver le visionnage en HD, via vos paramètres, sur Youtube, ou sur Netflix. La qualité d’une vidéo en 720 p, voire 480 p est tout à fait satisfaisante !

Sobriété numérique : se passer de la HD sur les vidéos en ligne

L’impact numérique des sites Web

Afin d’améliorer l’empreinte énergétique de nos sites Web, on peut optimiser un maximum son CMS (Content Management System). En effet, la moindre page que l’on crée pèse environ 2 Mo !

Comment rendre son site Web plus sobre ?

  • Sur WordPress par exemple, désactiver les pisteurs, tracking (boutons Facebook, etc.) et publicités.
  • Compresser les images : pas plus de 150, 200 ko.
  • Compresser les vidéos.
  • Se débarrasser des extensions inutiles.
  • Mettre en place un cache pour améliorer la vitesse de chargement de son site.
  • Utiliser des alternatives responsables à WordPress* :
    • SPIP
    • Kirby (payant)

*SPIP ou Kirby permettent de gérer des pages statiques.

Sobriété numérique et alternatives aux GAFAM

Les GAFAM ont le monopole sur nos données et habitudes en ligne. Nous leur confions nos données, les yeux fermés, parce qu’ils sont pratiques et incontournables. Par ailleurs, l’utilisation qu’ils font de nos données est très abstraite. Or, lorsque quelque chose est gratuit (c’est toi le produit), il y a toujours une contrepartie!

En l’occurrence, à chaque fois que l’on accepte les conditions générales de Google (gmail, par exemple), c’est un peu comme laisser un inconnu analyser nos données personnelles (e-mails, déplacements, vidéos regardés, recherches Internet, etc.) et les enfermer dans un coffre-fort, dont lui seul aurait la clé. Bien entendu, nous ne savons pas où est le coffre-fort. Qui accepterait cela, concrètement ? Personne !

Le danger se présentera le jour où les GAFAM monnayeront nos données auprès de personnes que notre vie privée ne regarde pas. Par exemple le jour où l’agent immobilier que j’aurais mandaté pour chercher ma future maison consultera un service payant Facebook pour connaître mon indice de solvabilité. Le jour où votre banquier accédera aux données Google, vendues à sa banque, pour connaître votre état de santé, alors que vous demandez un prêt. Ces informations, ce sont celles que nous avons tous cédées, à Facebook ou Google depuis 10 ou 15 ans. Idem avec nos applications pour smartphone ou montre connectée. Dans ces conditions, comment s’éloigner des GAFAM ?

Quelles alternatives aux GAFAM ?

Les plateformes présentées ci-dessous ont pour point commun d’être généralement libres, c’est-à-dire qu’elles ne vous privent pas de vos droits sur vos données utilisateur. Elles sont également respectueuses de la vie privée et/ou vous permettent de contourner le monopole des GAFAM.

GAFAM versus alternatives

GAFAMAlternatives
Facebook Framasphère (Diaspora) :
réseau libre et décentralisé. Rudimentaire mais fonctionnel !

MeWe :
interface très soignée, rappelle Facebook sans ses inconvénients.

SeenThis
TwitterFramapiaf.org (Mastodon)
Whatsapp, Messenger
Signal :
juste parfait !
Testé et approuvé !
InstagramPixelfed : https://pxlfd.me/
YoutubePeertube : pas de pistage

Extension Alternative Tube Redirector :
pour contourner la surveillance Google.

Freetube :
un logiciel, plus rudimentaire, mais fonctionnel !

Ce n’est pas facile de quitter tous ces réseaux et applications que tous nos amis utilisent. Alors pourquoi ne pas commencer la transition, en conservant vos habitudes GAFAM et en adhérant aux alternatives ? Ainsi, sur les plateformes GAFAM, vous pouvez informer vos contacts sur les autres possibilités existantes. Une façon douce et efficace de dégoogliser Internet.

Une autre initiative à prendre : interpeller, sur Facebook et Cie, vos personnalités et pages préférées pour qu’elles testent, elles-mêmes, les alternatives aux GAFAM et en parlent !

Sobriété numérique et écologie : se tourner vers les alternatives

Alternatives aux outils numériques les plus célèbres

Moteurs de rechercheNavigateursExtensionsMessageriesAutres
QwantFirefoxAdblock :
pour cacher la publicité.

MaildenOS Linux :
Linux Mint ou Ubuntu.
D’excellents tutoriaux en ligne !
LiloToruBlock Origin :
cacher la publicité, désactiver les pisteurs. Plus compliqué à paramétrer.
LiloRSS-Bridge :
pour suivre des actualités sur les sites qui vous privent de RSS (Google, Facebook et cie).
EcosiaDisconnect :
pour désactiver les pisteurs.
Protonmail
DuckduckgoFacebook Container : empêcher Facebook de suivre vos activités en ligne (même quand vous l'avez quitté).

Vous ne voulez plus être pisté.e par Orange, Free ou Bouygues a casa ? Il existe la Brique Internet à brancher sur votre box. Ils expliquent très bien la démarche, dans leur vidéo !

Sobriété numérique : l’impact des équipements numériques

Dompter son smartphone

  • Marre des notifications et sollicitations permanentes de votre téléphone ? Go Grayscale!
    • Sur Android, après la dernière mise à jour, rendez-vous dans Paramètres > Bien-être numérique > Fonctionnement ralenti > Activer maintenant.
    • Faites le ménage sur votre écran d’accueil pour ne conserver que les applications dont vous vous servez tout le temps (messages, téléphone, GPS…).
    • Bannir votre téléphone de la chambre à coucher. Rechargez-le au salon ou dans d’autres pièces.
    • Appeler plutôt que d’envoyer des messages à vos proches. Un gain de temps pour vous et pour eux, et retour à un contact plus humain !

Se tourner vers les produits reconditionnés

Pourquoi ne pas acheter des téléphones ou ordinateurs reconditionnés sur Backmarket, ou Label-Emmaüs ?

Reconditionné ne veut pas juste dire “Produit d’occasion”.

Les règles sont beaucoup plus strictes pour les produits reconditionnés que pour les produits d’occasion. En effet, les entreprises de reconditionnement sont obligées d’effacer les données restantes sur le produit à reconditionner (obligation RGPD), de faire l’audit du produit, de changer les pièces défectueuses, et de lui attribuer un grade (Grade A/B/C) en fonction de son état extérieur.

Par ailleurs, les produits reconditionnés sont sous garantie. Un exemple ? J’écris cet article depuis mon ordinateur Lenovo, acheté pour 300 euros sur Backmarket, il y a 6 mois. J’ai longuement étudié les commentaires clients et les caractéristiques des machines susceptibles de m’intéresser avant de faire mon choix. J’ai fait beaucoup de comparaisons et de recherches avant de me décider à acheter un ordinateur reconditionné. Sans vouloir crier victoire trop vite, je n’ai pas eu de mauvaise surprise jusqu’ici. Ordinateur costaud !

 

Et vous, que faites-vous déjà pour réduire votre impact numérique sur l’environnement ? Est-ce que ça vous semble compliqué ? N’hésitez pas à réagir en commentaire ou à partager cet article !


  • Trouver et connaître des alternatives grâce à un collectif ? Les chatons sont là : https://chatons.org/fr
  • Pour aller plus loin, je vous renvoie vers humanetech.com, les blogs de Djan Gicquel et de Krisdedecker (https://www.krisdedecker.org/)!

Scribby

Créatrice et auteur sur différents blogs, depuis plus de 10 ans, je suis aussi une rédactrice Web passionnée par la transition écologique. J'explore ici différentes solutions pour aller vers plus de sobriété numérique et changer, vous aider à changer vos habitudes de consommation. Que ce soit sur votre ordinateur ou dans votre cuisine, venez faire le plein d'idées et d'astuces ! On parle aussi ici de collapsologie et zéro déchet.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. […] les réseaux sociaux Diaspora, Mastodon, Peertube. J’en parle dans mon article sur la sobriété numérique. Si Facebook, par exemple, utilisait le protocole ActivityPub, des utilisateurs pourraient migrer […]

  2. […] peut indifféremment utiliser sur ordinateur ou sur smartphone, d’autre part ? Par exemple, Signal ou Telegram. J’ai réussi, difficilement, à convaincre amis et quelques groupes associatifs de quitter […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :